Itinéraires

Par décret ministériel du 30 mai 1997 , l’expertise du courtier en vin est soumise à un examen devenu obligatoire. Le métier de courtier peut ainsi se vanter d’être le seul au royaume de Bacchus à être aujourd’hui réglementé par la Loi. Hommes et femmes d’honneur, les candidats courtiers doivent faire foi de leur intégrité, de leur bonne moralité et de leur honnêteté. Ils sont ensuite notés par un jury de professionnels sur leurs savoirs oenologiques, leur aptitude à la dégustation et leurs connaissances en droit commercial après un stage minimum de trois mois chez un de leurs pairs.

Ces conditions préalablement réunies à son établissement, le futur courtier peut ainsi obtenir une carte professionnelle avant de pouvoir poser sa plaque. Son statut très rigide lui interdit de faire acte de commerce. Sa mission : entériner l’accord conclu entre les parties, sans qu’il puisse y trouver un quelconque intérêt personnel. Avec le souci constant de devoir réaliser une affaire équitable entre les parties, le courtier jouit d’une liberté d’action totale pour vendre le lot confié par le producteur à tel ou tel négociant, qui le rémunérera une fois le bordereau réalisé.

pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11